La dernière Pure Resonance d’ARMIN STROM se focalise sur la pureté et la chronométri

Une conception transparente

De manière générale, Armin Strom maintient une approche épurée qui permet à la marque de garder un style d’horlogerie fidèle à son essence. Aussi épuré que soit ce style, la dernière version de la Pure Resonance continue à aller dans cette direction en mettant ouvertement l’accent sur l’élément le plus remarquable de la montre: ses balanciers jumeaux que l’on peut voir osciller en résonance.

Le cadran ne comporte désormais plus que deux sous-cadrans pour l’affichage de l’heure: les chiffres romains qui dominent le sous-cadran décentré donnent les heures et les minutes en noir et bleu à l’aide d’aiguilles en acier de couleur bleu, et le chemin de fer classique donne les minutes avec précision. Le petit sous-cadran situé à 7 heures donne les secondes à l’aide d’une seule aiguille blanche en forme de bâton et d’un chemin classique.

 

La technologie au service de la chronométrie

L’objectif de la Pure Resonance n’a pas changé: révéler les mouvements captivants des balanciers en résonance tout en améliorant la précision globale du mécanisme. C’est à cette fin que Claude Greisler, le directeur de la marque, a retiré le mécanisme jumelé de retour en vol des secondes du calibre ARF15, pour le remplacer par un sous-cadran secondaire pour les secondes.

La raison qui a motivé l’amélioration de la chronométrie de cette montre se trouve dans la conception simple du mouvement: moins une montre doit exécuter de fonctions différentes, plus elle peut être conçue pour la précision. En d’autres termes, c’est parce qu’elle a été débarrassée de toute fonction superflue que cette montre peut donner l’heure avec une telle précision. L’énergie nécessaire à l’affichage de l’heure est distribuée par le régulateur inférieur, et le régulateur supérieur a pour rôle de générer la résonance.

La candeur de ce concept se retrouve dans la conception du mouvement: le calibre ARF16, épuré et à la pointe de la technologie, expose les régulateurs résonants et le fascinant ressort d’embrayage de résonance. Les nouveaux ponts sont décorés de courtes côtes de Genève qui attirent le regard, disposées en lignes droites pour la première fois chez ARMIN STROM. «Nous avons révisé l’architecture du mouvement parce que nous voulions obtenir une clarté supérieure; qui mettrait l’accent sur le mécanisme de résonance et permettrait une plus grande précision», a déclaré Claude Greisler.

 

Taille classique

La conception extérieure de cette nouvelle Pure Resonance se retrouve parfaitement dans la pureté du calibre ARF16. Il est enchâssé dans un boîtier plus fin de 42 mm, en acier inoxydable ou en or rose de 18 carats (plus court que la version originale de 1,4 mm). Il dispose de cornes et d’une couronne plus courtes et n’a presque pas de lunette, mais la languette caractéristique a été conservée à 6 heures, en hommage à la capacité qu’a

l’entreprise ARMIN STROM de personnaliser toutes ses montres, et au fondateur Armin Strom, qui avait dédié cet espace aux clients pour qu’une gravure personnalisée y soit inscrite (ce qui reste toujours possible).

La dernière version de la Pure Resonance ressemble et fonctionne exactement comme une montre «normale» à trois aiguilles. Cela respecte la philosophie de la marque ARMIN STROM: une mécanique exclusive de qualité, présentée de façon intéressante avec une finition impeccable. «La Pure Resonance annonce une nouvelle ère pour ARMIN STROM», assure son propriétaire, Serge Michel.